Comparatif des statuts freelance

Devenir freelance passe d’abord par un choix de statut juridique. Les statuts les plus courants sont : autoentrepreneur, SASU, EURL, portage salarial ou libéral.

Pour vous aider à choisir, nous avons réalisé deux tableaux comparatifs :

  1. Le comparatif des taux de cotisations,
  2. La comparaison des avantages de chaque statut (simplicité, protection sociale, patrimoine personnel engagé, solvabilité bancaire, etc).

Ce comparatif s’adresse au freelance ou au travailleur indépendant et dans une moindre mesure aux entreprises commerciales ou aux professions réglementées (médecins, avocats, notaires, expert-comptable, etc).

Comparaison des taux de cotisations sociales suivant le statut

Certes, les taux de charges d’une entreprise varient beaucoup en fonction du statut choisi. Mais la protection sociale varie dans les mêmes proportions. Par exemple, le moindre taux d’assurance maladie du travailleur non salarié (libéral, gérant d’EURL, micro) est en rapport avec la moindre indemnité journalière (calculée sur la rémunération moyenne des 3 dernières années) par rapport à un président salarié de SASU ou à un salarié porté (moyenne des 3 derniers mois).

La question de la cotisation retraite de base est particulièrement intéressante. En effet le droit à la retraite est fonction des sommes versées. En revanche, nous avons volontairement écarté le sujet de la retraite complémentaire car elle ne concerne pas tous les statuts.

Comparatif des taux de charges des différents statuts d’entreprises

Portage Salarial / SASU EURL / Libéral MicroEntreprise
Cotisation globale micro maladie et retraite 22.2% du CA (soit 28,5% du net)
URSSAF Maladie 7.3% entre 1.5% et 6.5% cotisation globale
Calcul des indemnités journalières sur la base des 3 derniers mois Oui Sur 3 ans Sur 3 ans
Mutuelle Oui Oui Non
Prévoyance sans questionnaire Oui – 1.5% A prévoir en plus A prévoir en plus
Cotisation chômage Oui – 4.2% (président SASU exclus) A prévoir en plus A prévoir en plus
Cotisation retraite base 17.75% 10.1% Cotisation globale
Droit à la retraite suivant le montant versé Oui Oui Oui
Allocations familiales 3.45% entre 0 et 3.1% Cotisation globale
CSG-CRDS 9.7% 9.7% Cotisation globale
Référence utilisées cotisations Cotisation des salariés Maladie

Cotisation retraite libéral

Allocations familiales

Cotisation MicroEntreprise

Comparatif des avantages de chaque statut juridique d’une entreprise

Choisir un statut influe beaucoup sur vos chances de réussite ou sur les conséquences en cas d’échec.

Optez pour un statut sécurisant vos clients

En effet, une entreprise en création, du fait de sa jeunesse rencontre des difficultés à être référencée. Pire que cela, votre premier client peut craindre le risque de requalification ou de marchandage, qui s’applique au monoclient. Une difficulté particulière concerne le statut autoentrepreneur : les clients craignent le paiement d’arriérés ou la situation de travail dissimulé si le paiement intervient alors que l’entreprise a déclaré une cession d’activité.

Le portage ou le recours à un société intermédiaire vous permet d’être plus facilement référencé.

Choisissez un statut d’entreprise protecteur

Les conséquences du choix d’un statut peuvent parfois être cruelles.

D’une part, si votre activité présente des risques supérieurs à la couverture de votre assurance (BTP, informatique, transition, finances), nous vous conseillons de réduire votre responsabilité. Par exemple, les statuts EURL, SASU ou Portage Salarial vous permettent de ne pas engager votre patrimoine personnel en cas de défaillance.

D’autres parts, le droit au chômage peut s’avérer très utile en cas d’échec de l’entreprise. Sachez que vous pouvez par exemple opter pour une assurance privée ou pour le portage salarial.

Enfin, vous devez envisager une couverture prévoyance. Cette assurance vous offre une rente en cas d’invalidité ou un capital décès. Cette assurance est indispensable car elle complète la rente de la sécurité sociale qui est rarement suffisante pour garder un train de vie similaire.

Comparatif des statuts d’entreprises

Portage Salarial EURL / Libéral / SASU MicroEntreprise
Rapidité de lancement 1 jour ouvré si vous votre client est prêt à contractualiser 3 mois
les étapes :
1) rédaction des statuts,
2) ouverture d’un compte bancaire pour le capital,
3) publication officielle,
4) enregistrement aux greffes,
5) attente du Kbis
6) ouverture du compte bancaire officiel et obtention du n° de TVA
Dès sa déclaration au registre du commerce
Délai de clôture à partir de 1 jour ouvré pour une démission anticipée.
Pour une rupture période d’essai,compter un délai de 1 jour à 1 mois suivant l’ancienneté.
Pour une rupture conventionnelle, compter environ 5 semaines.
3 mois environ
La procédure de dissolution est souvent longue et délicate car un bilan de liquidation est nécessaire ainsi qu’une publication et des démarches auprès des greffes.
1 semaine environ
clôture du compte bancaire,
déclaration URSSAF,
Lourdeur administrative Déclaration mensuelle simplifiée gestion (factures, règlement, prévisionnel des charges dues, etc)
Juridique (contrat)
Déclaration sociales et fiscales
gestion (factures, règlement, etc)
déclarations URSSAF
Absence de frais fixes en l’absence d’activité Oui honoraires expert comptable
assurances
frais bancaires
loyer
taxe CFE
assurances
frais bancaires
loyer
taxe CFE
Droit au chômage Oui Non Non
Responsabilité limitée / Engagement du patrimoine Oui sauf en SASU / EURL Non
Vente en régie à l’heure ou à la journée le portage salarial est exclus des risques de marchandage (L1254-6) risquée, surtout en cas de client unique risquée, surtout en cas de monoclient
Référencement client et marché public selon la notoriété de l’agence de portage délicate avant 5 ans d’existence très délicate (risques de requalification, marchandage, prêt de main d’œuvre illicite)
Solvabilité financière avant 3 ans pour le CDI en portage salarial (SASU excepté) 3 bilans sont souvent exigés par les banques / bailleurs 3 avis d’imposition sont souvent exigés par les banques / bailleurs
CA non plafonné Oui plafond de franchise de TVA à 34.400€ en 2021 (prestation de services) franchise de TVA : 34.400€ en 2021
(prestation de services)
plafond de CA à 72.000€ en 2021
Exonération des frais pro, des cotisations prévoyance et mutuelle Oui Oui à déduire du net après impot sur le revenu
maintien de salaire en cas d’invalidité totale Oui Non Non
Prévoyance sans questionnaire de santé Oui Non Non
La société de portage se charge de tout : contrats, factures, bulletins de salaires, relances client., assurances, déclarations, paiement.

Portage salarial : Êtes-vous concerné ?

Le portage salarial vous concerne si vous exercez de la prestation de services. ¨Par exemple,  en portage vous pouvez tous type d’études / développement pour vos entreprises clientes. La vente de produits ou le recrutement de personnel sont par exemple impossibles en Portage Salarial.

Que ce soit pour démarrer rapidement votre activité ou au long court, le portage n’arrête pas de séduire. Les 3 grandes forces du portage salarial sont :

  • La simplicité : vous devenez très rapidement indépendant sans administratif, ni engagement lourd. La société de portage se charge de tout : contrats, factures, bulletins de salaires, relances client., assurances, déclarations, paiement. Vous arrêtez quand vous voulez et votre patrimoine personnel n’est pas engagé.Aucune société n’est à créer.
  • La protection sociale : Vous  bénéficierez du droit au chômage en fin de contrat et aux indemnités journalières en cas de maladie. Vous disposerez d’une prévoyance et d’un mutuelle attractive sans questionnaire de santé. Le salaire est maintenu pendant les congés. Vous  aurez accès à des formations techniques, une large palette d’avantages sociaux et un suivi individualisé : vous pilotez votre carrière !
  • La solvabilité : N’attendez pas 3 bilans pour pouvoir déménager, le CDI portage vous donne toute la crédibilité nécessaire.

Posez-nous vos questions sur le portage salarial

  • Quel TJM facturer ?
  • Puis-je avoir une simulation de mon salaire en portage ?
  • Aurais-je droit au chômage si je démissionne de mon CDI actuel pour un CDI de portage ?
  • Sous quel délai puis-je démarrer mes missions ?
  • Comment bénéficier du chômage si ma mission s’arrête ?
Nos conseillers sont à votre écoute

Les avis sur Régie Portage