ESN et SSII

Travailler pour une ESN comme salarié

L’ingénieur informatique ou l’ingénieur télécoms exerce généralement ses prestations pour des Entreprises de Service Numérique (Abréviation ESN). Ces sociétés, anciennement appelées Sociétés de Services en Ingénierie Informatique (Abréviation SSII ou SS2I), fonctionnent par projet. Travailler pour une ESN présente des difficultés particulières, du fait de la diversité des lieux et des technologies de chaque mission.

Comprendre le principe des ESN et des SSII

Les ESN développent des projets informatiques en régie ou au forfait pour leur client. Pour coller le mieux possible au besoin client, le travail est majoritairement réalisé in situ en Regie-Portage. La taille des équipes varie en fonction du type de projet et de la phase du projet.

Lors des études d’avant projet du projet informatique, l’équipe de l’ESN est souvent réduite. Elle comprend souvent ab minima un chef de projet, un développeur et un architecte. Une fois le prototype validé par le client, le nombre de développeurs et d’ingénieurs télécoms augmente en fonction du phasage décidé par le DSI ou le chef de projet. Apparaissent ensuite les experts de la recette informatique et de la maintenance. Puis quand le programme est lancé, l’équipe de l’ESN est réduite au strict minimum pour relever et résoudre les problèmes  qui apparaissent.

Les ESN

La création d’un programme informatique personnalisé à un besoin client implique de nombreuses difficultés :

  • Des ressources humaines variables selon la technologie utilisée, la disponibilité et le délai.
  • Un budget difficilement prévisible en fonction des variables de périmètre
  • Des cas de forces majeures (démission, maladie, serveur HS, évolution du besoin client)

Pour arriver à surmonter ces difficultés structurelles, le personnel des ESN est donc en constante évolution. Les salariés sont déplacés, formés, échangés pour limiter les intercontrats. La gestion du capacity planning est un art majeur pour une ESN. Pour limiter ce coût d’immobilisation du personnel, les salariés sont sommés de s’adapter aux besoins des clients : technologies, lieu de la mission. La pression économique peut parfois entrainer des tensions extrêmes entre :

  • la carrière du salarié qui exige un minimum de spécialisation pour le sentiment de réalisation.
  • le besoin extrême de flexibilité de son employeur en terme de technologie et de lieu d’intervention.

Les ESN proposent les avantages suivants à leurs salariés :

  • maintien de salaire entre deux missions
  • suivi de la mission par un ingénieur d’affaires spécialisé en informatique
  • recherche commerciale permanente de missions informatiques

Les écueils des ESN

Par rapport à un freelance, les salariés des ESN/SSII pâtissent des inconvénients suivants :

  • Salaire plus bas, lié au cout du commercial, du recrutement et des intermissions
  • Faible choix des lieux d’intervention et des technologies du consultant informatique (ex : un ingénieur informatique passe sans transition d’une mission de developpeur php à Montigny à une mission sql à Fontainebleau)
  • Formation professionnelle imposée par les projets et non choisie par le consultant

La mutation des SSII dans les années 1980

L’apparition du portage salarial informatique en 1988 a bouleversé le monde des ESN et de la carrière des informaticiens et informaticiennes.

Le portage salarial permet aux salariés des SSII de devenir indépendant tout en restant salarié. Ils bénéficient aussi de la liberté de choisir les missions en fonction des besoins des différentes SSII.

Le freelance informatique en portage surfe de mission en mission avec des tarifs proches de ceux de ceux des SSII. N’ayant que très peu de frais commerciaux et pas de frais de recrutement, il peut gagner jusqu’à 50% du HT. En cas d’intercontrat significatif, les indépendants en portage sont à même de bénéficier du chômage.

En 2020, avec près de 30% de consultants portés au sein des ESN, le portage salarial s’est fait sa place dans le monde de l’informatique pour le bonheur de tous :

  • les consultants expérimentés choisissent leurs missions,
  • les ESN n’ont plus à contraindre leur personnel à choisir des missions en dehors de leurs champs de compétence.
  • les clients / MOA profitent de délais mieux maitrisés de part la disponibilité accrue de ces profils

 

Décrocher une mission avec une ESN

En quête permanente de profils spécialisés parmi ses équipes, les ESN sont acquises aux profils en portage salarial qui permet des prises de poste quasi-immédiate. Le freelance vient souvent débloquer une situation insolvable et augmenter l’agilité du projet (SCRUM ITIL).

Vous pouvez donc parcourir les sites d’emploi, les annonces des ESN proche de chez vous (attention les sites de recherche de mission sont souvent administrés par des sociétés de portage…), nul doute que vous trouverez LA mission !

La vie du consultant informatique en ESN n’est pas un long fleuve tranquille :

  • Souvent en début de contrat, le consultant informatique est affecté sur un lieu proche de chez lui dans une technologie qu’il maîtrise.
  • Parfois, la mission ne fait vraiment pas rêver : les journées sont interminables, les lignes de code infinies, le travail est mal fait faute d’équipe compétente ou suffisamment calibrée.
  • Plus rarement, le consultant informatique attend une nouvelle mission au siège de l’ESN : on se tourne les pouces en angoissant pour la suite (c’est peut être le pire)

Pouvez-vous refuser une mission à une ESN ?

Bien évidemment non. Si vous refusez une mission, vous risquez le licenciement. Reste néanmoins à voir les conditions de la mission : le paiement du temps de trajet, les frais professionnels, les repos compensatoires, les durées d’éloignement de votre domicile, etc.

Pour éviter une mission inintéressante, le coulage se pratique parfois… Tel développeur ou encore consultant informatique loupe «in- volontairement » l’entretien ; la technique est simple, le consultant se présente chez le client et fait part, par inadvertance, de ses difficultés de transport ou d’une maîtrise à parfaire de la technologie souhaitée. Cela peut s’avérer risqué, notamment si l’ingénieur d’affaires accompagne le consultant.

Comment ne plus jamais avoir à refuser une mission à une ESN ?

Plutôt que de se braquer avec son ESN, il y a sans doute un consensus à trouver :

  1. Faites part de vos difficultés pour la mission proposée
  2. Proposez de chercher vous-même une autre mission. Une condition préalable : votre ESN doit accepter de vous accorder une démission sans préavis, une fois la nouvelle mission trouvée.
  3. Comparer et choisissez votre société de portage salarial informatique
  4. Chassez votre mission idéale sur les différents sites professionnels
  5. En signant votre nouvelle mission, faites valider votre démission sans préavis