Bien utiliser Linkedin pour trouver des missions

Bien utiliser Linkedin pour trouver des missions

En 2022, Linkedin est sans doute le meilleur outil pour décrocher une missions en tant que Freelance / Travailleur indépendant. ATTENTION, car la simplicité de Linkedin ne doit pas vous faire passer à coté de l’essentiel ! Les 4 étapes sont : cibler vos clients, valoriser votre profil, élargir votre réseau, interagir avec vos contacts.

1- Cibler vos clients

Depuis 2010, Linkedin a sonné le glas des CV personnalisé à chaque offre / chaque employeur. Le procédé est simple : l’employeur recoit un CV et se rend immédiatement sur Linkedin pour voir le « vrai » profil du freelance / de l’indépendant. Toute tentative de camouflage ou de dissimulation est donc veine, voir périlleuse.

Vous devez donc cibler vos clients pour une durée déterminée. Exemple : Bruno est informaticien et calculateur de charpentes métalliques. Il ne peut pas communiquer sur ses deux compétences sans être discrédité. S’il envoie un CV d’informaticien, son linkedin devra donc dissimuler toute trace de ses compétences de calculateur de charpentes.

2- Valoriser votre profil sur Linkedin

A quoi sert de chasser sur Linkedin, si votre fiche Linkedin n’est pas TOP ? A rien, le contact a souvent lieu au moment de la mise en relation !

Avant de rentrer dans le dur, voici les deux astuces incontournables pour être visible sur Linkedin :

  1. utiliser du gras ou des émoticones dans votre titre, vos infos ou même dans votre NOM !
  2. répeter des mots clés un maximum de fois pour être retrouvé 

* petite astuce pour compter les caractères, utiliser un logiciel d’édition de texte et utiliser la fonction adaptée.

Les textes de la fiche Linkedin

Le titre sur linkedin [120 caractères max ] 

Pour déterminer le titre de votre profil, vous devez déterminer les mots clés de la recherche de votre future client (logiciel statut diplôme école).

Quelques mots clés courants et souvent oubliés : Freelance Indépendant Consultant Bilingue Mobilité Nationale

L’erreur la plus classique est d’utiliser un titre trop court | trop peu explicite.

Préférez par exemple «Développeur Web Full Stack – PHP Node.JS AngularJS  Statut freelance » à  «Consultant informatique ».

Vos infos sur linkedin [300 caractères max]

L’erreur habituelle est d’omettre cette rubrique. Pourtant ces 2 lignes sont une superbe occasion de se faire sa pub à moindre prix.

Seules les deux premières lignes sont visibles, elles doivent donc être accrocheuses. Votre client doit trouver un intérêt direct à vous intégrer à son réseau. Exemple : Après 30 d’expérience comme responsable commercial dans les produits médicaux, j’accompagne les pharmaciens dans la gestion de leurs stocks.

Précisons enfin que vous pouvez écrire plus de 300 mots dans les infos. Mais ce texte supplémentaire ne sera vu que si le visiteur clique sur …

Vos coordonnées

Ne pas oublier d’indiquer vos coordonnées complètes (téléphone, mail, site), les liens vers vos précédents employeurs (l’icône doit être présente sur la fiche d’expérience).

Les visuels sur Linkedin

La photo de votre profil doit être adaptée au contexte.  Exemples :  Un ingénieur informatique en costume trois pièces, ça peut faire peur à ses clients. Un Directeur Administratif en chemise hawaïenne, ça ne fait pas du tout sérieux ! Pour faire la photo évitez les contrastes de photos trop marqués. Par exemple col noir sur peau blanche, etc.

On doit voir votre visage mais pas de trop près. Préférez donc les photos d’identité à vos photos de vacances / de mariage.

Les expériences et les recommandations

Trop d’expérience et de recommandations peuvent nuire à votre image.

Preferez donc le regroupement des expériences par employeur. Ainsi, un ingénieur informatique qui a travaillé 10 ans chez CAP GEMINI pour EDF, VINCI, TOTAL, LOREAL et ENGIE aura intéret à faitre apparaitre une seule expérience.

Vous devez faire de même pour les recommandations. Limitez vous à 3 recommandations maximum : par exemple : « Logiciel GRAPH SX », « Gestion de Projets » et « Administration de Personnel ».

Pour obtenir des recommandations, vous devez simplement recommander vos collègues et connaissances.

Vous cherchez une mission ?

Découvrez les 6 étapes pour trouver une mission freelance.

3- Élargir votre réseau sur Linkedin

Vos cibles

Avant de trop élargir votre réseau, vous devez privilegier votre réseau réel. Il s’agit par exemple de vos contacts professionnels présents et anciens : collègues , fournisseurs, clients, prescripteurs et autres partenaires. De la secrfétaire au PDG, personne ne doit être oublié !

N’hésitez pas à personnaliser vos invitations, à engager des discussions ou à faire des recommandations sur Linkedin.

Abonnement PAYANT

N’hésitez pas à souscrire à un abonnement payant pour un ou deux mois minimum si vous êtes dans la logique d’élargir votre réseau.

Message d’Invitation

Un message d’invitation n’est pas obligatoire : il peut aussi bien convaincre les personnes qui craignent le plan « drague » que dissuader ceux que votre profil intéresse. L’invitation doit être personnalisée à votre recherche, à votre activité et surtout à l’intérêt de votre cible. Il est important de rappeler votre mail et votre téléphone en fin de message.
Exemple 1 : « En tant qu’utilisateur du Logiciel XXXXX, je voulais vous proposer de rejoindre mon réseau LinkedIn afin de partager toutes les astuces de ce logiciel passionnant. Gael –
[email protected] – 06 78 90 12 34 ».
Exemple 2 : « En tant qu’Expert MetaDonnée, je voulais vous proposer  de rejoindre mon réseau LinkedIn afin de vous informer des dernières Actualités (Normes, Jurisprudence, Décisions de justice) – Timothée LEXEMPLE – 06 12 34 56 78 –
[email protected] »

CRITÈRES de recherche

  • Logiciel spécifique de vos clients : WordPress, Revit, Pleiade, Sage, etc.
  • Diplôme spécifique de vos prospects : ESSEC, Polytechnique, INSA, etc.
  • Par ville / région : Paris, Nouvelle Aquitaine, etc.
  • Recherche par entreprise : EDF, Mairie,
  • Par domaine d’entreprise : Art, Structure, Électricité, Médecine, Matériaux, Façade,
  • Par métier : indépendant, ingénieur, comptable, acheteur,
  • Recherche par titre : chef de projet, chef de service, directeur, dessinateur, assistant

Exemple de recherche : « Directeur EDF Lyon » ou « Analytics France Ingénieur SEO » ou « INSA mécatronique Canada » ou « Photographe culinaire Paris ».

AUTRES Recherches de contacts : Balayez les articles dans le flux et sélectionner les personnes qui vous intéresse dans les auteurs et les commentaires.

Message de Bienvenue

Vous avez ici une très belle occasion d’échanger avec un client potentiel. Les remerciements doivent être concis, personnalisés et surtout pas trop mielleux, très éloigné du plan drague en tout cas. Quelques exemples de remerciements :  « Bonjour Bruno, Si l’un de vos collègues voulait plus d’infos sur le logiciel XXXX, n’hésitez pas à me contacter ! Gael – [email protected] – 06 78 90 12 34. » « Bonjour Bernadette, Si vous ou l’un de vos collègues avait une question spécifique sur la MétaDonnée, n’hésitez pas à me contacter ! – Timothée LEXEMPLE – 06 12 34 56 78 – [email protected]».

4- Interagir sur Linkedin

Post ou Article ?

Le Post doit être privilégié puisque l’article est nettement moins visible sur le fil de discussion. L’article est réservé  aux personnes qui ne disposent pas de leur propre site web pour détailler une information. Dans l’idéal, le post  est un lien internet vers un article de votre site. Dans le cas contraire il est simplement rédigé sur LinkedIn (attention dans ce cas il y a une limitation du nombre de caractère). Choisissez une image percutante, idéalement une image achetée sur un site spécialisé. Choisissez un titre court : 4 mots maximum – Utiliser les majuscules et les ponctuations. Exemple : Logiciel XXXX : Modélisez-vous bien ? » – « MétaDonnée : Qui doit se Former ? ». Utilisez les titres H1 et H2 pour le référencement.

Votre Audience

Avant de perdre du temps à rédiger un Post, veillez à disposer d’une audience suffisante (1000 contacts mini).

Le SUJET de votre Post

Votre article doit être UTILE à vos prospects : donner un début de réponse à un questionnement de vos clients, donner une information utile (nouveauté, évolution règlementaire) traiter éventuellement un sujet drôle ou polémique, mais éviter l’auto-congratulation qui n’amène rien de plus que des courtisant qui comme on le sait ne rapporte pas d’activité. Exemple de sujet : « Logiciel XXXX : les 3 clés de la version 2017 » – « La MétaDonnée : l’analyse de Tom WAITS » – « La sophrologie à la place de la sieste au travail ? ». Sauf à partager le post d’un client satisfait avec un commentaire plutôt humble du type « un très bel encouragement » « Un hommage bien agréable », ne tombez surtout pas dans le piège de l’auto-congratulation.

RÉAGIR au fil de discussion :

Un de vos prospects écrit un post ? Voici une excellente occasion de reprendre contact en lui faisant un commentaire bienveillant ou de lui écrire un message privé sur son article.

Utilisez l’écoute active pour négocier vos missions

Utilisez l’écoute active pour négocier vos missions

Utilisez l’écoute active pour négocier vos missions 

Utilisez l’écoute active pour négocier vos missions

L’écoute active est une technique incontournable pour négocier une mission freelance.

Actuellement, vous êtes freelance ou sur le point de le devenir et vous êtes en train de négocier votre future mission avec un prospect ?

Découvrez dans cet article, comment développer votre sens de l’écoute active pour mieux négocier votre prochaine prestation.  

1. Qu’est-ce que l’écoute active ?

Bannière écoute active-webinar

L’écoute active est une technique de communication basée sur l’empathie développée à partir des travaux du psychologue américain Carl Rogers.

Elle utilise des éléments de communication du type verbal comme la reformulation pour s’assurer de la bonne compréhension ou le questionnement pour connaitre de manière précise le sujet. Cette technique s’intéresse aussi au non verbal en utilisant les silences, la prise de notes ou une posture centrée sur le client (hochements de tête, regard….).

Cette technique consiste à écouter avec la plus grande attention en étant dans l’empathie et de façon non directive pour que le prospect puisse se livrer en toute confiance sans avoir le sentiment d’être jugé et en se sentant compris.

2. Pourquoi utiliser l’écoute active dans un contexte synonyme de négociation de mission ?

Pourquoi utiliser l’écoute active dans un contexte synonyme de négociation de mission ?

L’écoute active est essentielle pendant toute la durée d’une vente. Et notamment lors de la négociation, pour comprendre les besoins sous-jacents du prospect.

Elle donne accès à de nombreuses informations. Vous pourrez mieux élaborer votre argumentaire de négociation et aussi découvrir des opportunités possibles après la vente.

Cette technique permettra au prospect de se sentir privilégié. Cela créera une relation de confiance. Et accélérera l’achat de votre prestation de freelance.

3. Quelles sont les étapes pour l’utiliser et améliorer son empathie ?

Quelles sont les étapes pour l’utiliser et améliorer son empathie ?

Pour mettre en place l’écoute active,  voici quelles étapes intéressantes à réaliser :

Etape 1 :

Avant de faire votre rendez-vous avec votre prospect, vous pouvez réfléchir à une liste de questions à poser à votre prospect comme : quels sont vos besoins, quels sont vos attentes, quelle est votre enveloppe budgétaire, quel TJM, quels sont vos critères de décision, quels sont les délais, quel sera le processus d’achat, quel est votre positionnement par rapport à vos concurrents freelances.

Etape 2 :

Déroulez les questions une par une et faites préciser au prospect ce qui n’est pas clair pour vous. Commencez par les questions ouvertes.

Etape 3 :

Après, ne dites rien pendant que votre prospect répond et prouvez lui que vous l’écoutez bien avec votre communication non verbale (hochement de tête, notes…).

Etape 4 :

Puis, reformulez en donnant votre vision en tant que freelance pour que le prospect comprenne que vous avez bien pris en compte ses réponses.

Etape 5 :

Et enfin, après avoir fini de communiquer sur la question, allez sur une autre question en faisant la même chose.

4. Quelles méthodes pour développer l’écoute active sans forcément reformuler ?

Comment calculer le TJM suivant le marché ?

1. Soyez vraiment intéressé par votre prospect

Tout d’abord, pour développer l’écoute active, il est important d’écouter chaque prospect sans à priori, de le considérer comme unique. Vous pouvez vous laisser guider par les dires de votre prospect tout en ayant en tête les grands thèmes que vous souhaitez aborder.

De plus, votre communication non verbale est importante aussi pour lui manifester votre intérêt. Si vous êtes vraiment intéressé par ce qu’il vous dit, votre attitude sera naturellement juste.

2. Soyez pleinement disponible pour votre prospect

Il est très tentant d’anticiper une question pendant qu’une personne est en train de parler. L’écoute active au contraire propose de rester centré sur la réponse du prospect sans penser à la question suivante.

De plus, pour être pleinement disponible vous pouvez éteindre votre téléphone, votre ordinateur et être dans le moment présent, en échangeant des regards avec votre interlocuteur et en le questionnant sur ce qu’il dit.

3. Donnez du temps à votre prospect

Votre prospect mettra certainement un petit peu de temps à réfléchir lorsque vous lui poserez vos questions ouvertes. A ce moment-là, surtout attendez pour qu’il puisse bien exprimer tout ce qu’il a dire. Vous serez étonné par la richesse des informations que pourrez y trouver pour votre négociation. Vous développerez ainsi la confiance et vous aurez un maximum de contenu pour construire votre argumentaire commercial.

4. Ne soyez pas dans l’interprétation ou dans le jugement

Votre prospect a en lui la solution à son problème. L’objectif pour vous est de lui faire « accoucher » de la réponse, en créant une situation pour l’aider. Cette manière de faire, lui donnera encore plus confiance dans votre future collaboration. Le plus important pour vous est de bien comprendre comment votre prospect ressent les choses et comment vous pouvez vraiment répondre à son besoin.

Trouvez une mission freelance

Pour trouver une mission freelance, vous devez disposer d’un minimum de formation aux techniques commerciales et marketing. Découvrez notre méthode dédiée au freelance basée sur des tutos et des webinars. Elle est simple, gratuite et sans inscription.

Quel est votre TJM ?

Quel est votre TJM ?

Quel est votre TJM ?

Quel est votre TJM ?

Un TJM (Taux Journalier Moyen) défini au plus juste, est essentiel pour un consultant freelance et les entreprises de conseil qui souhaitent facturer une prestation. Un TJM doit être un équilibre bien ajusté en étant ni trop fort ni trop faible.

Aujourd’hui, vous êtes freelance et vous souhaitez savoir comment vous situer dans le marché avec un TJM adapté à votre situation ? Vous êtes une entreprise de conseil et vous voulez trouver le TJM de vos consultants ?

Découvrez dans cet article, comment fixer votre TJM en fonction du contexte dans lequel vous vous situez.

1. TJM ou forfait ? Heure, jour ou mois ?

Simulateur de salaire

Vous vous demandez si vous allez facturer à la journée avec TJM ou au forfait vos futurs clients ? Cela dépendra surtout du contexte.

Tout d’abord, le Taux Journalier Moyen (TJM) est un prix fixé à la journée à une société cliente pour une prestation de service. On parle beaucoup du TJM dans le domaine de l’informatique notamment dans les ESN (Entreprise de Services Numérique) mais ce terme est majoritairement utilisé par les freelances.

Le TJM peut être calculé à l’heure et au mois aussi. Il est possible de définir un TJM à l’heure et il est plus rare de le faire au mois dans ce cas, il faudra comptabiliser 18,13 jours de prestation à chaque fois et pouvoir bien le mesurer à chaque fois.

Le forfait, lui, est un prix fixé dans le cadre d’un projet bien défini. Il crée une obligation de résultat, une prestation à la performance. Cependant, il est difficile d’évaluer cela dans les métiers de prestations intellectuelles. Pour les éditeurs de logiciels ou les ESN, le besoin évolue constamment. Les freelances interviennent souvent lorsqu’il y a une surcharge de travail ou lorsqu’une prestation est non mesurable. Le TJM est plus adapté dans ces cas.

Pour le portage salarial, voici l’article L.1254-3 : « L’entreprise cliente ne peut avoir recours à un salarié porté que pour l’exécution d’une tâche occasionnelle ne relevant pas de son activité normale et permanente ou pour une prestation ponctuelle nécessitant une expertise dont elle ne dispose pas.

Rappelons que le TJM est aussi variable en fonction des régions et des spécialités.

2. Dans quel contexte parle-t-on de TJM brut ou de TJM net ?

TJM ou forfait ? Heure, jour ou mois ?

Le TJM brut est celui qui est payé par le client final. Outre le coût salarial final du consultant salarié ou freelance, le TJM brut comprend les frais de structure (comptabilité, commercial, recrutement, conduite de projet).

Le TJM net correspond uniquement au coût salarial du consultant ou au prix facturé par un freelance.

Attention néanmoins au délit de marchandage, qui concerne toute opération à but lucratif de fourniture de main-d’œuvre, ayant pour effet de causer un préjudice au salarié, de contourner les règles du code du travail ou d’éluder l’application de la convention collective.

Bon à savoir : d’après l’article L1254-6 du code du travail, le risque de délit de marchandage ou de prêt de main d’œuvre ne s’applique pas au consultant freelance en portage salarial. Toutefois, nous alertons toutes les entreprises clientes sur la nécessité de pouvoir justifier de toute différence qu’il y aurait entre le TJM brut et le TJM net. La comptabilité analytique de l’activité des collaborateurs permet par exemple de justifier les frais de structure.

Si le freelance facture directement au client final, le TJM net est égal au TJM brut.

Exemple : dans le cadre du développement d’un intranet, le client d’une ESN paie un TJM de 600€ HT pour un développeur JAVA avec un délai de paiement de 60 jours. A défaut de personnel suffisant, l’ESN a placé un freelance qu’elle paie 500€ à réception de facture. Le TJM brut est donc de 600€ HT par jour. Le TJM net du freelance est de 500€ HT par jour. La différence entre les deux s’explique par l’activité du personnel de l’ESN : le commercial qui a travaillé sur le dossier, le service administratif et juridique qui rédige les factures et les contrats, l’avance garantie des factures et surtout le suivi du développeur freelance par le chef de projet.

3. Comment calculer son TJM selon son salaire ciblé ?

Comment calculer son TJM selon son salaire ciblé ?

Pour obtenir votre TJM, vous pouvez utiliser la méthode du salaire souhaité. Pour cela, il faudra prendre en considération votre statut.

Si vous êtes micro-entrepreneur, prenez votre rémunération actuelle sur l’année en brut ou en nette et ajoutez à peu près 30 %. Si vous êtes en SASU, EURL ou portage salarial, il vous faudra multiplier la rémunération nette par 2 pour avoir le calcul hors taxe. Il faudra ajouter en plus tous les frais de fonctionnement comme les repas, les déplacement, les achats de matériel…  En règle générale, le coût annuel doit ensuite être divisé par 218 pour un temps plein.

Exemple : un développeur fullstack de 4 ans d’expérience peut prétendre à Paris à un salaire de 39.000€ brut avec une mutuelle, des titres restaurant et le remboursement partiel du pass navigo. D’après notre simulateur de TJM, son TJM est de 66.481€ / 218 jours = 305€ HT / jour.

Nota bene : cette méthode de calcul abouti à un TJM en dessous des prix du marché. Il convient donc d’envisager ce résultat comme une fourchette basse à n’utiliser qu’en cas d’ultime recours.

Pour calculer au plus juste votre TJM si vous êtes en portage salarial, vous pouvez utiliser notre simulateur de salaire de TJM.

4. Comment calculer le TJM suivant le marché ?

Comment calculer le TJM suivant le marché ?

Vous êtes actuellement freelance et vous souhaitez mieux vous situer par rapport au marché. Voici quelques pistes :

  • Trouver votre TJM par rapport à votre expérience

Le nombre d’années d’expérience permet de faire la différence entre deux freelances. Il y a plusieurs niveaux allant de junior (moins de 2 ans d’expérience) à expert (plus de 10 ans d’expérience).

Et aussi, vous pouvez avoir différents éléments qui peuvent faire varier votre tarif. En premier, le niveau d’expertise. C’est-à-dire que vous êtes spécialisé dans un domaine de niche. Par exemple, vous êtes consultant SEO spécialisé dans le domaine du retail.

Puis, en second lieu, vos expériences sont importantes. Si vous avez travaillé sur une grosse technologie très demandée dans un domaine précis. Par exemple, vous êtes consultant SIRH et vous travaillez sur Workday, il y a de nombreuses demandes actuellement.

  • Estimer votre TJM en fonction de votre métier

Certains secteurs sont très prisés dans le domaine du freelancing alors que d’autres sont moins recherchés. En effet, les métiers les plus recherchés actuellement sont : les développeurs informatiques web, les développeurs de logiciel ou d’application mobile, les spécialistes UX-UI,  les chefs de projet digital ou encore les community manager. Le mieux est de regarder les plateformes de freelance type Malt pour savoir dans quels métiers vous vous situez.

  • Simuler son TJM en fonction du profil de votre client

Vous trouverez différents profils de clients et vous pourrez adapter légèrement vos tarifs en fonction de ces critères.

Tout d’abord, il est possible de travailler pour des grandes entreprises qui ont déjà des grilles de salaire mais vous aurez la garantie de sécurité.

Et sinon, vous pouvez exercer dans une plus petite structure qui offre plus de place à la négociation mais où les tarifs sont plus bas.

  • Faire une estimation sur les plateformes type Malt

Puis, vous pouvez regarder ce que proposent vos confrères pour bien estimer votre TJM. Vous trouverez sur des plateformes de freelance type Malt, des informations qui vous aideront à vous aligner. Par exemple, sur Malt, le TJM d’un expert cybersécurité sur Paris est de 694 € par jour.

  • Calculer votre TJM en fonction de la durée de la mission

Vous pourrez augmenter vos tarifs si vos missions durent moins de trois mois ou à temps partiel. Et si vous arrivez à trouver une mission de plus d’un an, vous pouvez diminuer votre TJM de 20 %. En effet, cette visibilité se monnaye.

5. Comment le négocier ?

Plateforme de marque

Nous vous conseillons de garder une marge de manœuvre dans votre négociation. Que cela soit avec un service achat dans une grande entreprise ou encore dans une PME.

Vous pouvez essayer plusieurs techniques :

  • La technique du prix plancher

L’objectif est d’avoir 3 prix en tête. Le prix que vous affichez, le prix plancher sous lequel vous n’accepterez pas la proposition et le prix que vous ciblez.

Le prix que vous affichez doit être 10 à 15 % supérieur à votre prix cible.

  • La technique de l’approche japonaise

Tout d’abord, proposez un prix en le formulant sous forme de question. Puis, montrez que vous avez compris les besoins. Après, démontrez que vous êtes capable de résoudre le problème du client et proposez directement le démarrage à la date et la durée avec le TJM. Enfin, demandez qu’en pensez-vous ?

  • La technique de la fourchette

L’objectif est de proposer une fourchette en disant « je vous propose de l’indiquer demain, ma fourchette se situe entre 400 et 600 € par jour ».

Offre de service : 5 étapes pour booster votre business

Offre de service : 5 étapes pour booster votre business

Offre de service : 5 étapes pour booster votre business

5 étapes pour avoir une offre de service qui cartonne

Il est devenu indispensable d’avoir une offre de service claire pour pouvoir sortir du lot en tant que freelance.

Aujourd’hui, vous êtes sur le point de vous lancer et vous ne savez pas encore comment vous positionner. Ou encore, vous êtes déjà freelance et vous avez commencé sans vraiment bien définir votre offre de service. Bonne nouvelle, il est toujours temps de vous y pencher.

Découvrez dans cet article, les 5 étapes pour avoir une offre de service claire.

Qu’est-ce qu’une offre de service ?

Tout d’abord, une offre de service est l’adéquation entre vos savoir-faire, vos savoir-être, ce que vous souhaitez faire et les besoins des clients.

Les clients qui recherchent des freelances souhaitent des experts dans leur domaine, disponibles rapidement (souvent sous 1 mois) et qui offrent un prix raisonnable par rapport à leur budget. La priorité étant l’expertise.

L’offre de service positionne. Le freelancing est un marché de spécialistes. Un positionnement de niche. Par exemple, il est plus aisé de se positionner en tant qu’architecte infrastructure ou ingénieur d’exploitation informatique plutôt qu’ingénieur informatique car cela est plus spécialisé.

Au démarrage d’une activité de freelance, il n’est pas simple d’être canalisé. Avoir un document structuré est rassurant et efficace.  Dans les grandes entreprises, de nombreux outils sont utilisés pour l’offre, par exemple la « plateforme de marque » . Ce concept n’est pas connu des TPE et encore moins des indépendants, pourtant il est tout à fait applicable et efficace pour les freelances. C’est un outil marketing qui sert à garder le cap et à avoir une stratégie cohérente.

Chez Regie-Portage, nous proposons de vous aider à créer une offre de service claire au travers de nos webinars. Vous pouvez y participer. Nous serons heureux de vous y retrouver.

Bannière-offre-de-service-webinar

Etape 1 : Trouvez votre positionnement d’expert 

offre portage salarial

Vous souhaitez créer une offre de service rentable et en accord avec vos envies ? Comment faire pour que ces deux éléments soient connectés ?

De plus, il est important que vos clients soient en ligne avec vos valeurs et qu’ils vous ressemblent.

Pour mieux définir votre offre

Voici quelques questions pour vous aiguiller à mieux travailler votre offre :

  • Qu’est-ce que vous souhaitez vraiment faire ? C’est une question essentielle car si vous vous lancez en tant qu’indépendant, c’est cette raison qui vous permettra de rester motivé. Vous pourrez être en ligne avec vous-même.
  • Quels sont vos besoins et vos contraintes: combien de temps pouvez-vous consacrer à votre activité par jour ? Par semaine ?
  • Combien d’années d’expérience professionnelle avez-vous ? Cet élément est important pour vous sentir légitime lorsque vous vous lancez et aussi pour rassurer vos prospects. Par exemple, vous avez 10 ans en RH.
  • Dans quels domaines avez-vous exercé ? Par exemple : vous avez travaillé dans le domaine de l’agroalimentaire, de l’aéronautique…
  • Quels sont vos savoir-faire : Par exemple, vous êtes capable de développer un site internet.
  • Quels sont vos savoir-être : Cette question, vous aidera à définir votre manière de collaborer. Par exemple, je suis proactif, je réponds généralement en moins de 24h.

Quelle est votre IKIGAI ?

Vous pouvez déterminer votre IKIGAI. Ce que vous aimez faire, ce que vous faites bien, ce qui vous rapporte de l’argent et ce qui est utile à votre environnement de vie. Choisissez parmi vos domaines de compétences, 1 ou 2 domaines dans lequel vous êtes le plus doué.

Quelle est votre valeur ajoutée ?

Voici quelques questions qui peuvent vous aider :

  • Que laissez-vous de plus que vos livrables ?
  • Quels sont les gains des clients en travaillant avec vous ?
  • Que laissez-vous une fois votre travail fini ?

Etape 2 : Ciblez vos prospects pour votre offre de service

portage salarial definition

Créer une offre en adéquation avec vos envies est bien, mais faire qu’elle soit en cohérence avec vos futurs clients est encore mieux. Voici quelques questions à vous poser pour approfondir les besoins de vos prospects.

L’objectif est de connaitre les besoins de vos prospects et de savoir si votre expertise est adaptée aux besoins. Voici quelques questions à se poser.

Quels sont les besoins de vos prospects ?

  • Quelles sont les motivations de vos clients ?
  • Quels sont les objectifs des prospects ?
  • Puis, quels sont les freins des clients ?
  • Et encore, quelles sont les perceptions concernant votre expertise ?

Pour aller plus loin, vous pouvez construire un « persona », c’est une technique marketing. Une représentation fictive de votre client idéal. Cela vous facilitera le ciblage. C’est une fiche d’identité comprenant par exemple : photo, prénom, âge, situation, besoins, freins, objectifs.

Pour les besoins en B2C, il est même possible de les relier aux SONCAS. Les besoins de ce modèle sont : sécurité, orgueil, nouveauté, confort, argent, sympathie.

Quels sont les critères pour définir votre cible ?

  • Quels sont les postes des personnes que vous ciblez : CEO, DRH, Directeur Marketing,…
  • Quelle est la taille d’entreprise que vous visez : Indépendant, Startup, PME, Grand groupe
  • Dans quel domaine travaillent-ils : Adtech, Banque, Mode, Sport…
  • Quel est le type de client : B2B, B2C
  • Et quel est le type d’offre : Produit ou Service

Quel est le niveau de besoin de vos prospects ?

  • D’un objectif : créer une marque impactante
  • D’un contexte : résoudre un problème, répondre à un besoin
  • D’un résultat : développer un chiffre d’affaires

Etape 3 : Estimez votre tarif 

Simulateur de salaire

Vous êtes peut-être en train d’évaluer votre tarif ou vous l’avez déjà trouvé. Dans ce cas, vous pouvez toujours revoir si celui-ci est bien adapté au marché.

Tarif horaire ou à la journée ?

Dans un premier temps, la question à se poser est de savoir si vous préférez être payé en tarif horaire ou en tarif journalier (pour 7 heures) ? Si vous avez de gros projets et que vous êtes 100 % freelance il est préférable de choisir à la journée.

Votre statut

De plus, quel est votre statut ? Etes-vous en micro-entreprise, en EURL ou en portage salarial ? Si vous êtes en portage salarial, il faut savoir que pour 1 mois sec, vous gagnerez environ 50 % de ce que vous facturez et pour un contrat plus long, il faudra compter à peu près 45 % du HT et du maintien de salaire pendant les congés.

Vos prétentions salariales

Puis, une autre question est de savoir quelles sont vos prétentions salariales sur l’année ou par mois ? Par exemple, vous avez gagné en tant que salarié 50 000 € par an, souhaitez-vous plus ?

Aussi combien de jours prévoir sur l’année ? Par exemple, en portage salarial vous pouvez prévoir 218 jours sur 250 jours ouvrés car cela vous permettra d’intégrer les RTT et les congés.

Vos frais

Et quels frais compter ? Cela peut être des Tickets Restaurant ou encore une carte Navigo.

Nous avons un simulateur de TJM qui vous permettra de calculer au plus juste votre tarif si vous êtes en portage salarial, le voici.

Etape 4 : Adoptez le bon discours et trouvez votre pitch

Pitch elevator

Pour avoir un discours impactant, le mieux reste d’ajouter des ingrédients supplémentaires au CV. Cela peut être du storytelling ou encore un discours orienté client tout en travaillant votre pitch.

Un discours avec du storytelling et une marque personnelle

Le storytelling est une technique de communication qui permet de faire un discours qui s’apparente aux récits.

Voici les questions possibles à se poser pour le storytelling :

  • Pourquoi avez-vous choisi le freelancing ? Est-ce une histoire familiale par exemple ?
  • Avez-vous un projet personnel en plus de votre travail qui enrichit vos expertises dont vous pouvez parler ? Vous avez un média à côté par exemple.
  • Quelles sont vos valeurs ? Cela peut être le respect de l’environnement par exemple. Vos clients sont-ils bien alignés avec vos idéaux ?
  • Quelle est votre mission : quelle est votre raison d’être ? Votre rôle joué en tant que consultant.
  • Quelle est votre vision : vers quoi allez-vous ? Quel est votre but à atteindre dans les prochaines années ?  Vous pouvez l’exprimer sous forme d’objectifs.
  • Quelle est votre promesse : quelle est votre valeur ajoutée ? En quoi êtes-vous unique pour vos clients ?
  • Quel est votre style : quelle est votre identité graphique ? Typo, logo, palette de couleurs, votre tonalité…

Un discours orienté client

Un discours orienté client permet de montrer tout de suite vos motivations et votre intérêt sincère pour le prospect.

Êtes-vous vraiment intéressé par l’activité de votre prospect ? Si oui, il est possible de :

  • Reprendre les éléments de langage de sa communication
  • De parler d’une nouvelle concernant l’entreprise
  • De montrer que l’entreprise correspond à vos valeurs en parlant de vos points communs (expériences, passions…)

Comment faire un bon pitch ?

Un bon pitch est une courte présentation de 3 minutes (le temps d’un ascenseur) qui permet de parler de votre activité avec un prospect. On parle d’ailleurs de pitch elevator.

L’objectif est de communiquer sur :

  • Votre cible : les personnes à qui vous vous adressez
  • Le problème que vous résolvez
  • Pourquoi ce problème existe ?
  • Comment ce problème peut être solutionné ?
  • Comment faites-vous pour le résoudre ?

Cela donnerait : « Je permets à (telle personne) de résoudre (tel problème) et d’avoir (tels bénéfices) grâce à (cette méthode ou compétences) ».

Etape 5 : Créez des supports impactants pour votre offre de service

Plateforme de marque

En tant que freelance, vous pouvez proposer plusieurs supports qui vous aideront à communiquer sur votre activité : un CV représentatif de votre activité, des cartes de visite, une signature email cohérente avec les autres supports, votre profil Linkedin à jour et un portfolio pour les freelances créatifs.

  • Un bon CV

Dans un premier temps, vous pouvez travailler sur votre CV. Il peut être organisé en différentes sections : en premier lieu un profil personnel avec une accroche de quelques lignes qui résume votre parcours, vos expériences professionnelles avec vos postes salariés et vos missions, vos compétences avec votre niveau si possible. Il est important de soigner sa présentation avec des couleurs, de l’aération et pas trop de contenu. Vous pouvez trouver de très jolis modèles sur Canva.

  • Des carte de visite à votre image

Puis après le CV, avoir une carte de visite parait important. Elle peut comporter différentes informations : votre prénom et nom, votre titre en tant que consultant, votre domaine d’activité si besoin, votre adresse email, votre numéro de téléphone. Si vous avez un site internet, vous pouvez le mentionner. Vistaprint propose des modèles et des impressions puis Canva est bien pour la création de vos modèles.

  • Une signature email personnalisée

De plus, votre signature email est importante pour votre identité de professionnel. Elle doit contenir : votre prénom, nom, fonction, email, téléphone, une photo de vous, lien sur Linkedin et si vous avez un site puis un logo, il est bien de les ajouter. Outlook, gmail sont de bons outils pour cela. Voici un tutoriel.

  • Un profil Linkedin à jour et optimisé

Egalement avoir un profil à jour sur Linkedin est devenu essentiel pour un indépendant. De nombreuses fonctionnalités vous permettront d’être trouvé plus facilement des prospects et aussi de savoir comment contacter les bonnes personnes. Vous pouvez participer à nos webinars Linkedin pour en savoir plus.

  • Un portfolio ou site pour les créatifs

Ensuite, si vous souhaitez aller plus loin dans votre offre de service ou que vous êtes dans le digital ou la communication, vous pouvez créer un site, WordPress reste l’outil le plus optimal aussi bien pour le référencement que pour le design.

  • Une inscription sur une plateforme de freelance

Et enfin, il est possible aussi de vous inscrire sur des plateformes comme Malt pour être contacté par des prospects.

 

Pour aller plus loin dans votre offre de service, vous pouvez graver cela dans le marbre avec un brand book. Vous pouvez indiquer votre marque personnelle, votre mission, votre vision, vos valeurs, vos services, votre histoire, votre cible, vos couleurs, vos typographies et votre tonalité éditoriale.

Choisir un espace de coworking en tant que freelance en 2021

Choisir un espace de coworking en tant que freelance en 2021

Choisir un espace de coworking en tant que freelance en 2021

Wojo

Louer un espace de coworking est avantageux pour les consultants en 2021. C’est un lieu professionnel, motivant, d’échanges et d’opportunités. Cet espace n’est pourtant pas le premier endroit auquel on pense quand on se lance. Cette année, souvent, le démarrage se fait chez soi, en attendant plus de visibilité sur son activité. Et après, le temps passe et le télétravail reste encore de rigueur. Peut-être, est-ce le moment de louer un espace de coworking ?

Découvrez dans cet article les avantages du coworking en 2021.

1. Qu’est-ce qu’un espace de coworking en 2021 ?​

Un espace de coworking est un lieu où des personnes partagent et louent des espaces de bureaux. Cela vient du coworking. C’est une méthodologie d’organisation du travail qui permet l’échange, le réseautage et le développement de la créativité.

Les espaces de coworking sont nés officiellement depuis 2005 à San Francisco. Dans les années 90, il y avait aussi des « hackerspaces » à Berlin et IBM utilisait des lieux de travail occasionnels en 2000. Le coworking s’est développé très vite grâce à la forte croissance des travailleurs indépendants (développeurs, blogueurs, consultants marketing…). Ces métiers étaient propices au coworking, le travail à distance était possible. Ces espaces aidaient à  construire un réseau et à mutualiser des outils et des savoir-faire.

Quel est le marché du coworking aujourd’hui ?

La confiance et la vigueur reviennent sur le marché français du coworking. Pour les bureaux parisiens, le taux d’occupation est en hausse avec 71 % alors qu’il était de 90 % avant la crise sanitaire selon l’étude Workthere Paris.

L’offre reprend de la vitesse depuis deux mois. Les entreprises sont en demande de plus de flexibilité.

Quel est le fonctionnement des espaces de coworking sur Paris en 2021 ?

Paris compte aujourd’hui 371 sites de locations de bureaux.

Le tarif moyen serait de 647 €HT/mois/personne selon l’étude Workthere.

2. Quels sont les bénéfices d’un espace de coworking pour les freelances ?

 

Nombreux sont les avantages du coworking pour les consultants indépendants en 2021. En voici certains :

1. Le coworking est un lieu d’échanges et de création de communautés bon pour la créativité

Un espace de coworking peut développer votre créativité et vos innovations en collaborant avec d’autres indépendants. En effet, selon les résultats de l’étude Small Business Labs, 80 % des indépendants dans les coworkings échangent avec les personnes à côté d’eux pour obtenir des conseils pour leur activité. De plus, vous êtes immergé dans la vie d’autres professionnels car vous êtes dans un espace partagé. Il est donc possible d’entendre les défis et opportunités de chacun et de pouvoir anticiper.

2. C’est un lieu de réseautage pour créer de futures opportunités commerciales

Un espace de coworking peut vous aider aussi, à développer votre croissance commerciale. Selon l’étude Small Business Labs, 82% des consultants parlent d’une croissance de leur réseau d’affaire. Ces lieux sont propices pour développer son réseau et nouer des contacts.

3. Le coworking est un espace professionnel et motivant pour développer sa productivité

Ces espaces vous offrent aussi un cadre sérieux. Le domicile peut être un lieu difficile pour travailler. Il est parfois complexe de faire la séparation entre la vie privée et la vie professionnelle. Le coworking peut aider à cela.

De plus, l’action de se vêtir et d’aller dans un environnement structuré peut aider à prendre de meilleures décisions professionnelles. Vous pouvez vous concentrer sur votre travail et bénéficier de l’énergie des autres consultants.

C’est un cadre inspirant dans lequel vous pouvez trouver des idées en regardant les autres et le lieu.

4. C’est un lieu tout équipé, pratique pour se développer

Un espace de coworking est majoritairement bien équipé. L’objectif est de maximiser l’expérience émotionnelle. Vous pouvez trouver des lieux de pause, des salles de réunion, pour les repas, d’imprimantes, de scanners et pour certains même de salle de sport et de rooftop… Certains sont dans des démarches écoresponsables.

3. Comment choisir son espace de coworking à Paris en 2021 ?

 

Il existe plus de 300 espaces de coworkings à Paris. Cela n’est pas toujours simple de faire son choix.

Voici quelques critères qui nous semblent importants quand on est en portage :

1. Le lieu

La situation géographique de votre espace de coworking. L’espace doit être proche de chez vous, accessible par vos clients et aussi pour aller réaliser vos missions.

2. Les commodités

Vous pouvez aussi vérifier si les commodités du lieu correspondent avec votre activité. Par exemple, s’il y a du wifi, de la climatisation, des imprimantes, des salles de réunion pour convier vos clients.

3. Les tarifs

Aujourd’hui, sur Paris, le tarif moyen est de 647 €HT/mois/personne selon l’étude Workthere.

4. Les avis

Consulter les avis Google vous permettra de comprendre la satisfaction client.

5. L’ambiance

Le mieux reste d’aller visiter plusieurs lieux pour savoir comment vous vous sentez dans le lieu.

Voici un exemple de coworking que nous apprécions particulièrement, l’espace Wojo Tolbiac.

Wojo Tolbiac est situé à deux pas de Bibliothèque François Mitterrand. C’est un lieu convivial, inspirant et moderne.

Ce coworking dispose de 7 475 m2, 10 étages d’espaces de bureaux et un rooftop. Chacun des étages à sa propre terrasse. Wojo possède 820 postes en bureaux privatifs et une centaine de places, des salles de réunions et espaces évènementiels de 4 à 80 personnes. Et même une salle de sport.

Wojo Tolbiac est ouvert depuis mars 2021. Il fait partie d’un réseau de plus de 400 espaces de travail en France. Wojo est une coentreprise d’Accor et Bouygues Immobilier, anciennement connu sous le nom de Nextdoor. En plus de l’hexagone, Wojo est déjà présent au Brésil, en Espagne, en Allemagne et en Autriche. 

Le site de Tolbiac est un lieu impressionnant dont le design est une invitation au voyage dans le XIIIème arrondissement parisien. Il est écoresponsable et travaille la « workspitality ». Cet espace de coworking innove pour inspirer ses clients avec un maximum de services et un design adapté.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à contacter Wojo Tolbiac.

espace Wojo

4. Pour résumer

 

  • Louer un espace de coworking est avantageux pour les freelances en 2021
  • C’est un lieu intéressant pour améliorer sa créativité, son développement commercial et sa productivité
  • Il existe plus de 300 lieux sur Paris, il est très simple d’essayer le coworking. Les critères importants sont : le lieu, le matériel, le prix, l’ambiance.

Résultats des avis sur le statut d’auto entrepreneur

Résultats des avis sur le statut d’auto entrepreneur

Résultats des avis sur le statut d’auto entrepreneur

indépendant _freelance

L’avis des freelances sur le statut d’auto entrepreneur est important pour nous. Notre objectif est d’adapter au mieux nos services à vos besoins. Nous remercions tous les participants pour leurs retours.

Micro entrepreneur, EURL, SASU, profession libérale, portage salarial : nombreux sont les statuts possibles pour devenir indépendant.

Nous nous focalisons aujourd’hui sur le statut d’auto entrepreneur : le statut du complément d’activité, en raison des nombreuses difficultés qu’il présente.

Découvrez dans cet article les résultats du sondage Linkedin réalisé en Juin 2021 sur la base de 67 votes. Nous avons choisi de prendre le cas de l’auto entrepreneur en prestation de service.

 

1. Les avis sur le statut d’auto entrepreneur : 28% considèrent les plafonds de CA comme le problème n°1

 

Le plafond de CA (Chiffre d’Affaires) de l’auto  entrepreneur est de 34.400 € par an en 2021. Ce plafond de CA peut être étendu à 72.500€ si la TVA est facturée en sus.

Les plafonds de CA doivent néanmoins être pris avec mesure car le CA moyen de la microentreprise est de 818€ / mois. Cette moyenne et ces plafonds correspondent finalement bien au cœur de cible de la microentreprise : le complément d’activité. Le profil type de l’auto entrepreneur est donc le salarié qui arrondit ses fins de mois en dehors de ses heures de travail. Plusieurs raisons à cela : la faible protection sociale, le patrimoine personnel engagé ou les frais pro non exonérés de charges et d’impôts.

L’auto entrepreneur aime ce statut pour sa facilité et sa flexibilité.

Au-delà de 34.400€ de CA, seul le portage salarial permet d’allier facilité, flexibilité, protection sociale et exonération des frais pro. Contre une commission de 5%, une entreprise de portage salarial contractualise et facture vos prestations. Le chiffre d’affaires est ensuite « transformé » en salaire après déductions des cotisations sociales.

 

2. La protection sociale de l’auto entrepreneur est trop faible selon 27% des avis

 

Effectivement, l’auto entrepreneur a un droit au chômage minime, des indemnités journalières moyennées sur 3 ans et une moindre pension de retraite  et même subordonnées à un CA minimum. L’accès à une mutuelle abordable et à une prévoyance sans questionnaire de santé  est également délicate pour un auto entrepreneur. Cette moindre protection sociale s’explique car ce statut n’a pas été imaginé pour devenir une activité principale. C’est donc sur l’activité principale de l’auto entrepreneur que repose.

Pour éviter un moindre revenus de substitution en cas de chômage | maladie | retraite, nous déconseillons donc de devenir auto entrepreneur à titre principal.

Pour bénéficier de la même protection sociale qu’un salarié ; le freelance peut là encore opter pour le portage salarial.

 

3.  Le patrimoine personnel n’est pas favorable pour 27% d’entre vous

 

Contrairement aux autre statuts, l’auto entrepreneur ne dispose pas de responsabilité limitée. Ainsi en cas de sinistre non couvert par une assurance comme cela peut par exemple être le cas en informatique ou en BTP, le patrimoine personnel peut être mis à contribution.

Pour parer à ce risque, l’auto entrepreneur doit veiller : 1) à être bien assuré ; 2) à bien cadrer ses contrats de prestation pour limiter sa responsabilité à celle prévue par le contrat d’assurance RC pro.

 

4. Les autres avis sur le statut d’auto entrepreneur (18% des sondés)

 

L’absence d’exonération des frais et dépenses professionnelles est également une vraie question  pour ce statut. Citons quelques exemples de dépenses soumises à cotisations sociales, à impôts sur le revenus et sans récupération de TVA pour un auto entrepreneur:

  • Frais de déplacement : indemnités kilométriques, abonnement aux transports collectifs, frais de véhicules
  • Frais de repas : forfait repas, invitation client au restaurant, repas seul au restaurant
  • Frais d’hébergement : forfait grands déplacements, frais d’hôtel, indemnité de télétravail, location d’un local ou d’une place de télétravail
  • Dépenses de mutuelle ou de prévoyance
  • Achat de matériel, cadeaux clients

Autre gros problème méconnu des freelances, la désaffection des entreprises clients en raison des risques inhérents propre à ce statut :

  • Risque de requalification en CDI
  • Risque de délit de marchandage
  • Risque de trafic de main d’œuvre

Vous cherchez une solution alternatives au statut d’auto entrepreneur ? Découvrez le portage salarial ou contactez nous !

Offre Regie-Portage