Résultats des avis sur le statut d’auto entrepreneur

Résultats des avis sur le statut d’auto entrepreneur

Résultats des avis sur le statut d’auto entrepreneur

indépendant _freelance

L’avis des freelances sur le statut d’auto entrepreneur est important pour nous. Notre objectif est d’adapter au mieux nos services à vos besoins. Nous remercions tous les participants pour leurs retours.

Micro entrepreneur, EURL, SASU, profession libérale, portage salarial : nombreux sont les statuts possibles pour devenir indépendant.

Nous nous focalisons aujourd’hui sur le statut d’auto entrepreneur : le statut du complément d’activité, en raison des nombreuses difficultés qu’il présente.

Découvrez dans cet article les résultats du sondage Linkedin réalisé en Juin 2021 sur la base de 67 votes. Nous avons choisi de prendre le cas de l’auto entrepreneur en prestation de service.

 

1. Les avis sur le statut d’auto entrepreneur : 28% considèrent les plafonds de CA comme le problème n°1

 

Le plafond de CA (Chiffre d’Affaires) de l’auto  entrepreneur est de 34.400 € par an en 2021. Ce plafond de CA peut être étendu à 72.500€ si la TVA est facturée en sus.

Les plafonds de CA doivent néanmoins être pris avec mesure car le CA moyen de la microentreprise est de 818€ / mois. Cette moyenne et ces plafonds correspondent finalement bien au cœur de cible de la microentreprise : le complément d’activité. Le profil type de l’auto entrepreneur est donc le salarié qui arrondit ses fins de mois en dehors de ses heures de travail. Plusieurs raisons à cela : la faible protection sociale, le patrimoine personnel engagé ou les frais pro non exonérés de charges et d’impôts.

L’auto entrepreneur aime ce statut pour sa facilité et sa flexibilité.

Au-delà de 34.400€ de CA, seul le portage salarial permet d’allier facilité, flexibilité, protection sociale et exonération des frais pro. Contre une commission de 5%, une entreprise de portage salarial contractualise et facture vos prestations. Le chiffre d’affaires est ensuite « transformé » en salaire après déductions des cotisations sociales.

 

2. La protection sociale de l’auto entrepreneur est trop faible selon 27% des avis

 

Effectivement, l’auto entrepreneur a un droit au chômage minime, des indemnités journalières moyennées sur 3 ans et une moindre pension de retraite  et même subordonnées à un CA minimum. L’accès à une mutuelle abordable et à une prévoyance sans questionnaire de santé  est également délicate pour un auto entrepreneur. Cette moindre protection sociale s’explique car ce statut n’a pas été imaginé pour devenir une activité principale. C’est donc sur l’activité principale de l’auto entrepreneur que repose.

Pour éviter un moindre revenus de substitution en cas de chômage | maladie | retraite, nous déconseillons donc de devenir auto entrepreneur à titre principal.

Pour bénéficier de la même protection sociale qu’un salarié ; le freelance peut là encore opter pour le portage salarial.

 

3.  Le patrimoine personnel n’est pas favorable pour 27% d’entre vous

 

Contrairement aux autre statuts, l’auto entrepreneur ne dispose pas de responsabilité limitée. Ainsi en cas de sinistre non couvert par une assurance comme cela peut par exemple être le cas en informatique ou en BTP, le patrimoine personnel peut être mis à contribution.

Pour parer à ce risque, l’auto entrepreneur doit veiller : 1) à être bien assuré ; 2) à bien cadrer ses contrats de prestation pour limiter sa responsabilité à celle prévue par le contrat d’assurance RC pro.

 

4. Les autres avis sur le statut d’auto entrepreneur (18% des sondés)

 

L’absence d’exonération des frais et dépenses professionnelles est également une vraie question  pour ce statut. Citons quelques exemples de dépenses soumises à cotisations sociales, à impôts sur le revenus et sans récupération de TVA pour un auto entrepreneur:

  • Frais de déplacement : indemnités kilométriques, abonnement aux transports collectifs, frais de véhicules
  • Frais de repas : forfait repas, invitation client au restaurant, repas seul au restaurant
  • Frais d’hébergement : forfait grands déplacements, frais d’hôtel, indemnité de télétravail, location d’un local ou d’une place de télétravail
  • Dépenses de mutuelle ou de prévoyance
  • Achat de matériel, cadeaux clients

Autre gros problème méconnu des freelances, la désaffection des entreprises clients en raison des risques inhérents propre à ce statut :

  • Risque de requalification en CDI
  • Risque de délit de marchandage
  • Risque de trafic de main d’œuvre

Vous cherchez une solution alternatives au statut d’auto entrepreneur ? Découvrez le portage salarial ou contactez nous !

Offre Regie-Portage